Aller au contenu principal

L’Afrique du Sud participe à un essai de paiements transfrontaliers grâce à des monnaies numériques

posté par Le Hub de la Finance Digitale , le 06 sept 2021
  • 6
  • 0
  • 1 min.
  • |
  • |

(Agence Ecofin) - Fin mai, la SARB a déclaré qu’elle examine les avantages de l’émission d’une monnaie numérique légale, complémentaire à l’argent liquide, pour les opérations de détail. Un nouveau projet d’essai vient confirmer l’intérêt que porte la Banque à la question.

Les banques centrales de Singapour, de Malaisie, d’Australie et d’Afrique du Sud, en collaboration avec la Banque des règlements internationaux (BRI) participent au projet Dunbar, une plateforme de monnaies numériques de banque centrale (CBDC) où plusieurs pays émettent des monnaies numériques sur une blockchain partagée (Multi-CBDC ou M-CBDC).

L’objectif est de savoir si une M-CBDC est une solution viable pour les transactions transfrontalières de gros à faible coût entre les institutions réglementées.

« Après des années de recherches et d’exploration principalement nationales, nous sommes très heureux de constater que ces idées communes sur la nécessité d’explorer les paiements CBDC transfrontaliers et l’interopérabilité se rejoignent au niveau international », a déclaré Rashad Cassim, gouverneur adjoint de la South African Reserve Bank (SARB) qui se dit enthousiaste à l’idée de participer au projet Dunbar.

Si les banques centrales réfléchissent effectivement depuis plusieurs années à la question des monnaies numériques, elles ont accéléré leurs plans avec la popularité gagnée par les cryptomonnaies. Plus que digitaliser tout un système et améliorer les services connexes, ces institutions veulent probablement garder le contrôle d’un système qui pourrait leur échapper au profit du Bitcoin et ses pairs.

Pays / Région
Réagir
0 commentaires