Aller au contenu principal

FinTechs ivoiriennes et investisseurs : entre souhaits et exigences

posté par Le Hub de la Finance Digitale , le 17 avr 2021
  • 132
  • 0
  • 6 min.
  • |
  • |

Par Achille Tefong et Shailey Tucker, Mars 2021
 

Bien que les startups FinTech en Côte d’Ivoire aient montré leur résilience au cours de la crise de la Covid-19, l'avenir n'est pas assuré pour toutes car l'écosystème évolue rapidement. MSC a mené une étude afin d'évaluer l'impact de la Covid-19 sur les FinTechs en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Comme nous l'avons constaté lors d'une précédente étude de cartographie du paysage des FinTechs en Afrique de l'Ouest francophone, les FinTechs sont souvent à la source de l'innovation; cependant, elles sont souvent en concurrence avec les institutions en place telles que les banques et autres institutions financières établies dans la région. La collaboration est généralement basée sur des complémentarités et, comme l'affirme le Fonds monétaire international (FMI), « les deux tendances sont susceptibles de s'accélérer [post-crise] à mesure que les entreprises FinTech et les institutions financières saisissent de nouvelles opportunités ».  Le manque d’un cadre réglementaire et les difficultés d'accès au financement et d'accès aux plateformes partagées tels que les USSD restent les défis majeurs pour les startups FinTech ivoiriennes.  En ce qui concerne l'accès au financement, aucune FinTech dans notre échantillon n’a bénéficié de fonds du gouvernement et toutes ont dû rester sur leurs propres fonds pour que leur activité commerciale continue. Cela met en évidence la résilience des FinTechs ivoiriennes et de leurs modèles d’affaires, ce qui devient important pour les investisseurs potentiels ainsi que pour les régulateurs. 

Ecosystème des investisseurs au sein des FinTechs en Côte d’Ivoire

Alors que l’environnement des FinTechs dans les pays Anglo-saxons Africains semble bouillonnant, celui des pays Francophones reste encore timide. Selon un rapport de Disrupt Africa, le Nigéria, le Kenya et l’Afrique du Sud totalisent à eux seuls environ 89,2 % du montant total des fonds investis sur le continent et 77% des startups financées ont été à destination de ces pays en 2020. En plus, selon Partech Investment, l’Afrique francophone apparaît seulement dès la 8ème position, représentée par le Sénégal. La Côte d’Ivoire quant à elle occupe une triste 17ème place, bien derrière les pays comme le Cameroun ou la RDC. 

Plusieurs profils d’investisseurs sont déployés en Côte d’Ivoire, même si les impacts au sein des jeunes pousses restent encore très attendus. Selon la cartographie de l'écosystème FinTech en Côte d’Ivoire de MSC, la Côte d’Ivoire dispose de business angels, d’investisseurs à impact, de fonds de capital-risque et de fonds de capital investissement. Par ailleurs, les activités de chacune de ces catégories sont orientées vers les startups en général et ne sont pas très perceptibles au niveau de la startup FinTech. En guise d’illustration, le fonds Comoé Capital lors d’une entrevue pour notre étude nous signalait : « Nous n’avons pas encore investi dans une startup FinTech en Côte d’Ivoire pour plusieurs raisons, mais nous restons en plein dans l’analyse du potentiel». Parmi les raisons regroupées dans ces propos, il transparaissait entre autres, l’absence d’un modèle d'affaires viable et l'absence de solution innovante étant donné que plusieurs FinTechs sont dans le même domaine. Notons également que l’Agence de la promotion de l’inclusion financière (APIF-CI) et la Banque mondiale soulignent qu’il n’existe pas de fonds de capital risque ayant orienté un investissement sur une FinTech. Ceci prouve à quel point l’écosystème d’investissement reste très peu actif en Côte d’Ivoire. Une démarche entreprise est de travailler en partenariat avec les incubateurs, afin de détecter et d’accompagner financièrement les jeunes pousses qui ont du potentiel.

Quelles attentes de la part d’apporteur de fonds

Trois thèmes principaux attirent les investisseurs interrogés et ils sont, pour la plupart, indépendants de la crise de la Covid-19 : 

  • La capacité des startups FinTech et des leurs équipes dirigeantes. Les investisseurs souhaitent que les FinTechs créent des équipes fortes et développent leurs compétences et leur manière de contrôler les coûts. Selon un investisseur providentiel (ou business angel), « Ceux qui s'en sortent le mieux sont ceux qui avaient une organisation bien en ordre avant la crise. » En outre, il reste important que ces équipes montrent qu'elles sont capables d’acquérir des clients avec leurs solutions, avec une maîtrise des coûts d’acquisitions des clients. Pour cet investisseur providentiel, ceci devient un point critique afin d’évaluer les réelles perspectives d’existence à long terme.
  • Les solutions innovantes qui doivent vraiment cibler le marché pays. Tandis qu’il reste important de regarder ce que font les FinTechs dans les pays anglophones et que les « marges d’innovation se développent au niveau corporate/banques qui font compétition aux FinTechs » comme le dit un fond international d’investissement, les investisseurs souhaitent que les FinTechs fassent plus de recherche de marché pour mieux connaître leurs cibles et créent des produits et services innovants qui ne sont pas seulement des « copycats »
  • Plus de collaboration dans l’écosystème. La culture du « fondateur unique » en Afrique francophone représente un défi et la culture de collaboration est toujours manquante dans le pays et selon notre recherche dans la sous-région aussi. Les investisseurs veulent que les startups FinTech, qui sont nombreuses sur le marché et qui offrent souvent le même produit, trouvent des synergies pour attaquer de gros marchés. Il est important qu’il y ait une collaboration entre les banques et les FinTechs aussi et que ce secteur fasse une restructuration et des fusions, par exemple en faisant des « clusters ». Les FinTechs ne peuvent pas penser aux gros marchés avant que les deux autres recommandations soient adressées.

Les désirs des entrepreneurs des startups FinTech en Côte d’Ivoire

L’une des problématiques que rencontrent les entrepreneurs d’Afrique francophone en général et de la Côte d’Ivoire en particulier reste l’accès au financement. Selon le FMI, « cette crise est le premier test de résilience des startups FinTech… Le resserrement des conditions de financement et une forte baisse des transactions due à la faiblesse de la demande frappe déjà durement les entreprises FinTech, en particulier les plus petites et celles avec des coussins plus minces ». Pour la plupart, elles ont pu survivre sur leurs propres fonds jusqu’à ce moment, malgré les taux d’épuisement (burn rate) élevés et les runway (le temps pour lequel une startup encore déficitaire a du cash disponible sans nécessité d'une nouvelle levée de fonds) assez baissés. Comme leur stabilité n’est pas encore assurée, les startups FinTech ont besoin de financement externe afin de soit devenir stable, soit accroître leur activité pour atteindre leur potentiel. 

Bien que de plus en plus de fondateurs de startups FinTech en Côte d’Ivoire soient ouverts à recevoir des financements d’investisseurs, ils ont tout de même des points d’ombre qu’ils mettent en avant, relativement aux fonds d’investissement qu’ils soient des investisseurs providentiels, des investisseurs sociaux ou autres fonds. 

En effet, ils souhaitent :

  • Que le stade d’amorçage soit davantage regardé et financé. Les fondateurs semblent unanimes sur le fait que les investisseurs ne prennent pas assez de risque avec les entrepreneurs, car il n’existe quasiment pas de projet dans lesquels des fonds d’investisseurs ont été injectés en Côte d’Ivoire en stade d’amorçage.
  • Que les clauses de financement soient moins rigides et plus flexibles et réalistes. En termes de rigidité, les fondateurs veulent absolument garder leur autonomie dans la gestion de leur entreprise. Une fondatrice de FinTech déclarait en ces termes : « Je ne suis plus trop intéressée par les fonds d’investissement car je sais comment ça fonctionne. Je suis financière de profession et, croyez-moi, je préfère gérer ma startup avec des fonds propres ou des apports des amis ou des membres de ma famille. » 
  • Que des modèles de financement soient également portés par les institutions d’investissement Étatique locale. Étant donné le niveau de risque qui devrait souvent être porté par les investisseurs, surtout pour les startups FinTech en amorçage, les fondateurs souhaitent pouvoir avoir accès aux sources de financement Étatique. 
  • Qu’un écosystème de confiance et de support soit établi. Ceci fait appel à un environnement de partenariat avec des institutions financières, comme le font déjà Wizall et YUP (avec pour partenaires Banque Atlantique et Société Générale respectivement), ou encore avec d’autres institutions internationales, à l’exemple de InTouch avec Total, qui travaillent selon les standards exigées par leurs partenaires et pouvaient certifier de la sécurité de leurs plateformes.

Fort de ce constat, il apparaît important de se rendre à l’évidence qu’un environnement favorable à l’éclosion de l’investissement au sein de la startup Ivoirienne doit être créé. Les interactions entre les acteurs économiques que sont les entrepreneurs et les apporteurs de fonds/ investisseurs de quelque sorte, devraient se faire de manière permanente et transparente. Dans cet ordre d’idée, MSC voudrait lancer un laboratoire pour assister les FinTechs (et autres entrepreneurs Tech) à augmenter leurs capacités et développer des services innovants, avec des modèles d’affaires soutenables.  Nous sommes ouverts pour des échanges et discussions sur cette question, dans l’optique d’accroître le dynamisme des FinTechs dans la sous-région.

 

FinTech CIV

 

Réagir
0 commentaires