Aller au contenu principal

En Afrique, plus de 50% des business angels préfèrent investir dans des start-up qui génèrent déjà des revenus (rapport)

posté par Le Hub de la Finance Digitale , le 21 nov 2022
  • 17
  • 0
  • 2 min.
  • |
  • |

(Agence Ecofin) - La plupart des business angels opérant en Afrique optent pour des stratégies d’investissement prudentes. Ils réalisent généralement des investissements inférieurs à 10 000 dollars par opération dans des jeunes pousses bien établies.

Plus de 50 % des business angels actifs en Afrique préfèrent investir dans des start-up à forte croissance et qui génèrent déjà des revenus, selon un rapport réalisé par le cabinet de recherche Briter Bridges pour le compte de l’African Business Angel Network (ABAN).

Ce rapport précise que ces investisseurs qui sont souvent des personnes fortunées, des cadres d’entreprise ou bien d’anciens entrepreneurs, perçoivent ces entreprises innovantes bien établies comme étant moins risquées par rapport aux jeunes pousses en phase de démarrage.

Le rapport, qui se base sur une enquête réalisée auprès d’un échantillon de 110 business angels dont 84% sont basés en Afrique, révèle également que la plupart des investisseurs interrogés ont déclaré avoir une approche multi-sectorielle. 51% d’entre eux ont en effet exprimé leur intérêt pour trois secteurs ou plus dans le cadre de leur stratégie d'investissement.

Pour ce qui est des secteurs les plus ciblés, la fintech arrive au premier rang avec 11% d’avis favorables, devant l’agritech (10%), l’Edtech (9%), la logistique & les chaînes d’approvisionnement (7%), la healthtech (7%) et le commerce électronique (6%).

En ce qui concerne les qualités les plus recherchées dans les équipes dirigeantes des start-up, 25% des sondés préfèrent miser sur les start-up regroupant plusieurs membres fondateurs alors que 24% privilégient les jeunes pousses fondées par des entrepreneurs « récidivistes ».

24% cherchent d’autre part à injecter des capitaux dans des pépites de la tech dont les dirigeants disposent de grandes compétences techniques et 13% mettent le cap sur des entités dirigées par des personnes ayant des compétences managériales avérées.

Réagir
0 commentaires