Aller au contenu principal

Comment faire face à la cyber-criminalité en finance digitale?

posté par Le Hub de la Finance Digitale , le 28 juin 2019
  • 114
  • 0
  • 2 min.
  • |
  • |

La révolution digitale a notamment facilité l’interconnexion dans l’écosystème de la finance et l’accès automatique aux données via le Big Data ou la Blockchain. Grâce à elle, nous pouvons faire nos opérations bancaires à distance ou via des comptes mobiles money. Nous pouvons aussi envoyer et recevoir de l’argent via les sociétés de transferts d’argent de façon spontanée. Mais la multiplication des points d’accès multiplie les vulnérabilités : aussi rapide et efficace qu’elle soit, l’automatisation de toutes ces opérations exige beaucoup plus de vigilance de la part des différents acteurs de l’écosystème de la finance digitale.

Si la révolution digitale a permis de considérablement accroître le champs des possibles, elle a également chamboulé les organisations des entreprises et ouvert l’accès à de nouvelles menaces. La cybercriminalité en fait partie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: l’audit mené par la société de cybersécurité kenyane Serianu montre qu’en 2017, la cybercriminalité continentale a engendré de lourds préjudices financiers: le Nigéria a perdu 649 millions de dollars, le Kenya, 210 millions de dollars, la Tanzanie, 99 millions de dollars.  L’Afrique de l’Ouest n’est pas épargnée, la banque NSIA en Côte d’Ivoire avait été victime de ses failles de sécurité en 2018, perdant près de 1 000 000 000 FCFA dû à un piratage informatique. Au Sénégal, après Ecobank qui a perdu 323 millions de FCFA, c’est au tour de la banque de Dakar d’être victime d’une tentative de fraude informatique qu’elle a pu neutralisée. Au total, le continent a accusé une perte de 3,5 milliards de dollars pour l’année 2017. Pour Serianu, ce ne serait pas des cas isolés : « Le nombre de menaces et les pertes de données ont augmenté, avec le constat clair que les cybercriminels africains deviennent de plus en plus performants et dangereux ».

Réagir
0 commentaires